Wish list
Alerte mail Vendeur

L'histoire du Tramway Lille - Tourcoing - Roubaix

LILLE : le boulevard Carnot (1907-1914)

C'est aux prémices du XXème siècle qu'apparaissent les transformations du Quartier de l'Opéra en l'immersion d'un gigantesque boulevard permettant de relier les villes de Lille, Roubaix et Tourcoing.
Ce projet ambitieux, mené à bien par Alfred Mongy, a favorisé un développement urbain et économique fabuleux jumelé d'un patrimoine architectural impressionnant. Le boulevard Carnot devient l'axe majeur de la métropole lilloise : débutant à l'intersection de la place du Théâtre (derrière la Bourse et l'Opéra), il emprunte le chemin de la rue des Fleurs à la Madeleine, prolonge l'ancien lycée Faidherbe, puis prend la direction de la ville de la Madeleine, vers le quartier du Romarin. Pour cela, les remparts ont dû être percés pour en dégager l'accès.

L'inauguration du Boulevard Carnot a été effective en même temps que le Tramway le 4 décembre 1909 (après quatre années de travaux difficiles). Avant de faire place à l'apparition du Tramway, le boulevard Carnot se composait :
- D'un axe central automobile
- De deux chaussées latérales réservées aux poids lourds
- D'une piste cavalière et une piste cyclable
- De larges trottoirs piétonniers
- D'un espace prévu pour le futur tramway (dans un premier temps, le terminus des tramways venant de Roubaix et Tourcoing s'effectue en retrait de Lille intra-muros)

Au début des années 1910, une passerelle a été mise en place pour faciliter la circulation du tramway. Les voyageurs peuvent désormais descendre au niveau de la place du Théâtre, qui constitue le terminus définitif de la ligne Lille-Roubaix-Tourcoing.

Le boulevard vers la Madeleine et Marcq-en-Baroeul

L'instauration du Boulevard remporte un succès flamboyant : le tramway devient « la machine » la plus moderne de l'époque. Les trois villes (Lille, Roubaix et Tourcoing) séparées par des kilomètres de campagnes sont désormais reliées.

La population se multiplie par trois et la conquête immobilière fait son apparition dans les années 30, de beaux immeubles haussmanniens se construisent.

Les riches industriels et les aristocrates de la Métropole Lilloise, attirés par la modernité de l'endroit, bâtissent des villas somptueuses. Le Boulevard prend des allures majestueuses : des maisons et des appartements de style Haussmannien fleurissent sur la Madeleine et Marcq en Baroeul, aux abords de Roubaix et Tourcoing. De nombreux architectes dotés en grande partie d'une inspiration italienne, y déposent leurs cachets.

La campagne, toujours présente aux abords du Boulevard, permet la construction d'hôtels particuliers et de magnifiques bâtisses affublées d'immenses terrains privés.

A l'origine de ces travaux, un homme : Alfred Mongy (1840-1914)

Ingénieur, né dans le vieux Lille en 1840, Alfred Mongy est le concepteur de la ligne de tramway (hommage rendu par les nordistes encore aujourd'hui, lesquels ont conservé l'appellation du fameux « Mongy »). Epaulé par les ingénieurs Francq, il met en oeuvre, au début du 19ème siècle, un projet gigantesque : la construction d'un grand et unique Boulevard reliant les trois principales villes de Lille, Roubaix et Tourcoing.

Un tramway électrique fait son apparition et le « Mongy » circule désormais sur deux lignes. De nombreux travaux d'aménagement ont eu lieu (constructions de souterrains) mais la ligne existe toujours à l'heure actuelle.

Précédant la première guerre mondiale, Alfred Mongy décède, laissant derrière lui l'une des réalisations les plus audacieuses de l'histoire des transports publics.

Au-delà de l'aspect fonctionnel du Nouveau Boulevard, l'idée de ce projet a séduit par sa beauté et sa composition : l'avenue de la République de Lille, La Madeleine, Marcq-en-Baroeul ainsi que les séparations vers Tourcoing (avenue de la Marne) et vers Roubaix (avenue de Flandre) sont autant d'adresses prestigieuses qui aujourd'hui encore, portent les valeurs d'une urbanisation sélectionnée au nom de la modernité.